GRAND ANSE

L’usine de Grand Anse à Marie Galante est l’une des deux dernières usines sucrières de Guadeloupe, mais à l’inverse de celle de Gardel, automatisée et moderne, la vieille usine est une cathédrale de fer rouillée en sursis depuis 30 ans, où l’on change une par une des pièces souvent usinées sur place. Elle emploie l’année une cinquantaine d’ouvriers qui s’efforcent de la maintenir en vie. Tous les ans au moment de la récolte de la canne, ils sont rejoints par une centaine de saisonniers, tous Marie-Galantais. Les hommes travaillent alors en trois/huit et l’usine engloutit en quelques semaines la majeure partie de la canne produite sur l’île.

En marge du tournage du film « Paroles de nègres » de Sylvaine Dampierre, Bernard Gomez réalise en mai 2017 une série de photographies auprès des ouvriers de l’usine. Elles seront publiées prochainement dans un numéro de la revue « Les cahiers des anneaux de la mémoire » consacré à la Guadeloupe.